Avocat accident de la route Marseille

Les accidents de la vie courante et les accidents de la route sont de véritables fléaux : chaque année, les victimes se comptent par millions !

Vous êtes vous-même victime d'un accident domestique ou d'un accident de la circulation ? Obtenir la réparation du préjudice subi n'est jamais chose facile. De ce fait, Maître Anne-Sophie Grardel se propose de vous conseiller et de vous assister. Votre avocat de Marseille 6 fera notamment valoir vos droits devant les juridictions compétentes, pour que vous puissiez être dédommagé convenablement.

Les accidents domestiques

Selon le Ministère de la Santé, plus de 11 millions de Français sont, chaque année, victimes d'un accident de la vie courante. Les bébés et les seniors sont les principaux concernés. Qu'il s'agisse de chutes, de noyades, de brûlures ou d'intoxications alimentaires, les accidents domestiques peuvent laisser de graves séquelles.

La victime d'un accident de la vie courante peut-elle obtenir la réparation du préjudice subi ?

Si l'accident domestique dont vous êtes victime a été occasionné par votre propre fait, vous n'aurez droit à une indemnisation que dans l'éventualité où vous avez souscrit à la Garantie contre les Accidents de la Vie (GAV). Reportez-vous aux clauses de votre contrat !

L'assureur doit formuler une offre d'indemnisation dans les 5 mois suivant la déclaration de l'accident domestique. Si vous considérez que l'offre n'est pas honorable, vous pouvez faire appel à un avocat compétent en droit de la responsabilité qui portera votre voix devant le tribunal.

Vous êtes victime d'un accident domestique, provoqué, en partie ou totalement, par un tiers ? La responsabilité civile du responsable est alors engagée et c'est à son assurance de vous faire une offre d'indemnisation.

Si l'auteur du dommage refuse de reconnaître sa responsabilité, ou si l'offre de l'assurance ne vous satisfait pas, vous pouvez saisir le Tribunal de grande instance. L'assistance d'un avocat est fortement recommandée.

Sachez que lorsqu'un accident domestique, causé par un tiers, peut être assimilé à une infraction pénale, la victime peut également saisir la Commission d'Indemnisation des Victimes d'Infraction (CIVI).

Les accidents de la route

Selon la Sécurité Routière, les accidents de la route blessent gravement 100 personnes par jour dans l'Hexagone !

Involontairement provoqué sur une voie ouverte à la circulation publique, l'accident routier implique un véhicule en mouvement et provoque au moins une victime, tuée, hospitalisée ou légèrement blessée.

Pour être indemnisés, les accidentés de la route ou leurs proches doivent se référer à la loi du 5 juillet 1985, dite « Badinter ». En général, lorsqu'ils sont victimes d'un accident de la circulation, les piétons, les cyclistes ou les passagers d'un véhicule terrestre à moteur peuvent être totalement indemnisés pour le préjudice corporel subi.

Les conducteurs, quant à eux, doivent s'informer auprès de leur assurance. De plus, leur éventuelle responsabilité est prise en compte dans la décision d'accorder, ou non, une indemnisation. L'article 4 de la loi Badinter indique ainsi que « la faute commise par le conducteur du véhicule terrestre à moteur a pour effet de limiter ou d'exclure l'indemnisation des dommages qu'il a subis ». Un conducteur qui serait responsable de l'accident corporel et dont le véhicule serait assuré au tiers ne touchera aucune indemnisation, contrairement au conducteur dont le véhicule est couvert par une assurance tous risques ou qui ne serait, tout simplement, pas responsable.

Un accident corporel de la circulation doit être rapidement déclaré aux assureurs des voitures impliquées. Une offre d'indemnisation est ensuite présentée aux victimes dans un délai maximum de huit mois. Lorsqu'une personne est décédée (sur le coup ou dans les 30 jours suivant l'accident, en raison de celui-ci), les dommages et intérêts sont proposés aux héritiers voire au conjoint.

Si la victime ou, le cas échéant, sa famille, considère que l'offre proposée par l'assureur n'est pas juste eu égard au préjudice subi, il est possible de saisir le Tribunal de grande instance compétent.

Inscrite au Barreau de Marseille, votre avocat en droit de la responsabilité, Maître Anne-Sophie Grardel, aide les victimes des accidents de la route à se défendre face aux assurances, lors de contentieux relatif à la réparation du préjudice subi.

Contact

Consultez également :